La violence gratuite


Bonjour, je m’appelle Toto1 J’ai 29 ans. Voilà j’ai décidé d’écrire cet article pour dire non à la violence gratuite et adresser un message à ceux qui défendent ou qui ne disent rien, qui regardent faire, qui film (le plus souvent pour mettre sur internet (Youtube en est un très bon exemple) ou qui se disent c’est normal.


Et NON !!! la violence gratuite n’est pas normale…. Et d’ailleurs elle est punie par la loi….

Je vais vous raconter mon histoire et vous aller me dire ce que vous en pensez…. (Pour ceux qui veulent me parler je laisse mon mail, Skype et Facebook en bas de page).


Donc voici mon histoire face à la violence gratuite. Cela a commencé en 2004 (enfin avant mais avant il n'y avait un peu mais de problèmes de ce type). En effet, en 2004, en septembre, j'ai fait ma première rentrée au lycée. Mais très vite ce lieu est devenu un enfer. Maltraitance, humiliations, vols, passages à tabac, …

24h/24 7j/7 Et oui internet et le smartphone n’ont rien arrangés. Au contraire c’était pire car les gens pouvaient et peuvent partager vidéos, photos…. A grande vitesse. Donc un passage à tabac met moins de deux heures à faire le tour du bahut et je ne vous parle même pas de Youtube …. Avec lui c’est le tour du monde….

De plus ces technologies ont favorisées le harcèlement en dehors du lycée… Vidéos, photos…. Harcèlement téléphonique….

Le pire c’était les soirées (quand j’étais invité car qui invite le c…d du lycée ? ...). En effet, je vais à une soirée (ce qui à l’époque était un exploit… Maintenant je vais dans des endroits où même avec mon handicap on m’accepte (une dédicace spéciale à Guillaume Ducrotoy pour m'avoir aidé.) et oui… il est encore maintenant ( surtout dans le Nord avec l’Extrême Droite…) difficile de trouver des endroits sympathiques et pas trop chers (car le chômage ça rapporte pas le pactole) où l’on m’accepte et internet, smartphone, IPhone, …. font de la pub. Soit la cavalerie débarque pour me virer de la soirée (parfois avec violence…) soit la mauvaise publicité peut nuire gravement à la santé de l’organisateur (une fois un type m’a dit clairement qu’il a été obligé de s’excuser devant tous les invités par ce que le fait de m'avoir invité a gâché la soirée des autres).


Mais le hic, c'est qui ce souci d'une personne handicapée ? Et oui en 2004/2006 le handicap à l'école c'était tabou (d'ailleurs encore maintenant peu de gens en parlent). Donc (en 2004/2006) une personne handicapée on avait le droit de lui faire ce que l'on voulait : l'administration ne disait rien : l'infirmière (j'y suis allé la voir plein de fois) n'a jamais appelé mes parents, le CPE c'était des truc genre : c'est quoi encore cette fois..., les surveillants me regardaient me faire passer à tabac (Quand ils étaient là…) ….


Et un jour en février 2006, j'ai pété un plomb, j'ai tenté de me suicider. Ce jour-là, un professeur de français, avait demandé pour le cours d'écrire un discours. Un peu après le début du cours, il me demande de passer au tableau lire mon discours devant toute la classe. Et là c'est le drame.... Je me lève et vais au tableau. Je commence mon discours quand je m'aperçois qu’au premier rang des élèves ont sorti leurs téléphones portables. Youtube? , je m'attendais à voir le soir une vidéo humiliante de mon discours raté mais.... Non. Des élèves se sont levés et ont essayé de me mettre à poils devant toute la classe. Mais ils n'ont pas réussi car le professeur est intervenu. Ils ont déclaré au CPE qu'ils voulaient vérifier que j'étais bien handicapé car il parait qu'un handicapé a une petite b...e. Le CPE leur a dit que ce n'était pas bien et on est reparti en cours. Ce soir-là j'ai décidé d'en finir. Mais quand j'ai essayé, des élèves ont sortis leurs téléphones portables pour filmer. Je voulais encore plus en finir car pour être sur Youtube autant y être mort.... Mais je ne me souviens pas, un homme, pompier volontaire est intervenu et je me suis grâce à lui réveillé dans le camion ambulance qui m'a emmené à l'hôpital. Et quand je suis sorti de mon hospitalisation, je suis allé voir le proviseur. Quand je lui ai dit que je ne mettrai plus les pieds dans son lycée, il a dit à ma mère (présente avec moi): Ça fera un échec de moins au bac...


Je ne sais pas trop comment le formuler mais je remercie le groupe de m’avoir accueilli et d’avoir lu et répondu à mon témoignage. Groupe


1.Toto n'est pas son vrai nom. Je respecte la volonté de cette personne à vouloir rester anonyme.


Pour répondre à cette article vous pouvez compléter le formulaire suivant qui me sera envoyé pour vérification.

Nom:
Prénom:
Sexe:
Masculin
Féminin
Autre
Age:
Moins de 15 ans
de 15 à 30 ans
de 30 à 40 ans
plus de 40 ans
Réaction: